Cette oeuvre d'art est signée et limitée à 30 exemplaires à travers le monde !

Le monde qui ne savait pas exister Photographie de Yohan Terraza

Le monde qui ne savait pas exister
Le monde qui ne savait pas exister
1. Choisir les dimensions (en cm)
2. Choisir les finitions
80 €
N°15 d'une édition limitée à 30 exemplaire(s)
certificate
Certificat
numerotation
Numéroté
signature
Signé

Description de la photographie

LE MONDE QUI NE SAVAIT PAS EXISTER« Je me passionne depuis longtemps pour la physique, l'astrophysique, les mathématiques, ainsi que pour leurs analyses philosophiques. Non pas que j'en comprends les rouages – je laisse ça à ceux qui savent nous en éclairer – mais je m'abreuve néanmoins de leur fascinante beauté. Plus que jamais, ces domaines de recherche sont la clé de la compréhension de l'Univers dans lequel nous voyageons, allant jusqu'à nous questionner sur notre propre Existence, celle du Temps ou la place du Hasard, pour ne citer que ces sanctuaires aux richesses insensées.Tout est affaire de mesure et de retenue quand on pose le pied sur une nouvelle planète. Celle-ci est lugubre, immense et terriblement fascinante. Mais ici les certitudes se fraient subitement un passage entre les épaules des convenances, comme dans une allégorie du premier Amour. Quand vous aimez, vous le savez ; nul besoin de preuve.J'ai réellement ressenti ce que serait un premier pas sur une planète soupçonnant à peine la diversité de l'univers dont elle jouit, avant de lever son rideau de pudeur. L'émotion est aussi grisante qu'elle est vertigineuse, tout comme elle est porteuse de valeurs dont l'universalité nous est inaccessible, tant nous sommes incapables de penser autrement que par nombrilisme. J'ai presque envie de lui donner un nom, de l'habiller de souvenirs ou d'écrire mon nom dans ce qui semble être du sable, seul témoignage de mon passage ici. Mes empreintes de pas faisant foi, je m'en contenterai. Voulant largement garder cette planète à l'abri de notre bonne vielle curiosité, je l'appellerai ∅ et ne lui donnerai aucunes coordonnées. Je repars, faisant comme si je n'avais rien vu, et ne dirai rien à personne. J'ai foulé du pied et garderai ce que mon esprit souhaite en imaginer dans toutes ses utopies les plus libérées, avec la nostalgie qui sied à une pieuse rencontre.Soupir amusé, car c'est à ce moment-là, quand vous laissez votre imagination abuser des joies de l'indépendance, que le Monde vous rattrape pour vous assurer qu'il faut garder les pieds sur Terre.Je ne demande pas mieux moi, mais... »Cette photographie a été réalisée à Mono Lake en Californie en hiver 2016.


Mots clés utilisés pour décrire la photographie : Mono lake, californie, Etats Unis, nuit, hiver, lac, étoiles, galaxie, voie lactée, lumière, espace, univers, cosmos, solitude, exploration, andromède, nevada, poésie, immense, voyage, road trip, nature, sauvage, grands espaces,


Cette photographie d'art est disponible en différents formats et finitions.

Informations sur les cadres

Taille des cadres
Frames size
Petit27x20, 30x20, 30x24
Moyen34x34, 45x34, 45x36, 51x34
Grand47x47, 63x47, 70x47
Détails des cadres
  • Trois tailles de cadres possibles : 30x40, 50x60 ou 60x80
  • Chaque cadre est soit en aluminium (meilleure qualité) soit en bois
  • Un passe-partout blanc est toujours présent pour encadrer la photo
  • Cadre recouvert d'une vitre pour protéger la photo

Yohan Terraza

Bordeaux, France

Il m'aura fallu des années avant de comprendre réellement ce...

Voir toutes les photos de Yohan Terraza