Une Photographie, Une Histoire : "Charles Aznavour en 1959"

Charles Aznavour en 1959
"Charles Aznavour, Nicole Berger et Elga Andersen au Festival de Cannes le 8 mai 1959 " Bridgeman Images

Photographie Charles Aznavour en 1959 - AGIP





Cette photographie réalisée en 1959 montre le chanteur Charles Aznavour en compagnie de Nicole Berger et Elga Andersen, au festival de Cannes se tenant le 8 mai 1959.

Un début de carrière difficile dans les années 1950



Dans les années 1950, Charles Aznavour tente de percer dans le monde de la chanson française. Il rencontre alors Edith Piaf lors d’une émission de radio à Paris. Edith croit en lui et lui prédit un brillant avenir. Charles lui écrit plusieurs textes, lui sert de secrétaire, de chauffeur et d’homme à tout faire. Elle le prend sous son aile et lui conseille de se séparer de son associé de l’époque, Pierre Roche : « Quand on fait une carrière, on la fait seul, comme un homme ! », mais également de se faire refaire le nez qui était régulièrement sujet de discussion. Suite au conseil de l’éditeur musical Lou Levy, Charles Aznavour se fait opérer quelques jours plus tard.

Un passage par le monde du cinéma pour accéder à celui de la musique



En 1959 le chanteur, avant tout acteur, tourne dans 4 films : « L’île du bout de monde » de E. Gréville, « Pourquoi viens-tu si tard ? » d’H. Decoin, « La Tête contre les murs » de G.Franju et « les Dragueurs » de J-P Mocky, film dans lequel il joue ses premières séquences musicales. Il y rencontre un franc succès : n’ayant jusqu’alors pas réussi à percer en tant que chanteur, il décide d’utiliser le cinéma pour enrichir ses tours de chant. Aznavour a désormais la cote, surtout auprès des jeunes femmes. Il utilise dès lors son charme allié à ses talents de comédien pendant ses représentations.



En 1960, Charles Aznavour fait un tabac à Paris en incarnant l’artiste raté de « Je m’voyais déjà », un morceau préalablement refusé par Yves Montand. Il enchaine alors les tubes. Ses chansons parlent souvent d’amour et du temps qui passe. Il est facile de s’y reconnaître. Il écrit par la suite deux de leurs plus grands succès à Johnny Hallyday « Retiens la nuit » en 1961 et Sylvie Vartan « La plus belle pour aller danser » en 1963. En pleine période yéyé, Charles Aznavour est l’idole d’une nouvelle génération, souvent issue de l’immigration. On parle de lui comme un « précurseur en matière de métissage musical ».

Acheter cette photographie