Une Photographie, Une Histoire : "Louis Armstrong"

Louis Armstrong en concert à Paris en 1965
"Le jazzman Louis Armstrong en concert à Paris, le 4 Juin 1965. " Agence France-presse

Photographie Louis Armstrong en concert à Paris en 1965, par l’Agence France-Presse



ArtPhotoLimited : Un concert qui donnera lieu à un album

Le 4 juin 1965, Louis Armstrong, jazzman de renommée mondiale, donne une représentation au palais des Sports de Paris. Il y fait résonner sa trompette sur ses œuvres les plus connues telles qu’Hello Dolly et Mack The Knife. Il est accompagné de Danny Barcelona à la batterie, Jewell Brown au chant, Buddy Catlett à la basse, Tyree Glenn Jr au saxophone et Billy Kyle au piano. Durant cette représentation, Louis Armstrong joue 20 œuvres originales, enregistrées en live. L’album « The best live concert in Paris 1965 » offre ainsi 1h13 de pur plaisir sonore aux amateurs de jazz.

« Little Armstrong » fait ses premiers pas de trompettiste en maison de correction

Nous sommes en 1913, le jeune Armstrong est âgé de 13 ans lorsqu’il se fait arrêter pour « trouble à l’ordre public », et ce après avoir tiré en l’air avec un revolver de 9mm trouvé dans les affaires de sa maman. Il est alors placé pendant un an et demi dans une maison de correction pour enfants de couleur. Il y rencontre alors Peter Davis, le professeur de musique qui va changer sa vie. En 1922, il quitte la Nouvelle-Orléans pour Chicago et devient rapidement célèbre : il y enregistre ses premiers disques accompagnés de son orchestre, le Hot Five. Dès lors, les succès s’enchainent en Europe et aux Etats-Unis. En 1929, à New-York, il joue avec Fats Waller pour la revue Hot Chocolate. Au fil de ses représentations, Armstrong devient l’un des musiciens les plus célèbres du monde : il est désormais considéré comme le parrain du Jazz. En 1956 et 1957, il collabore avec Ella Fitzgerald sur plusieurs albums. Avec l’âge, Louis Armstrong se produit de plus en plus en tant que chanteur, il enregistre les succès « Hello Dolly » en 1964 et « What a wonderful world » en 1967. L’artiste s’éteint dans son sommeil le 6 juillet 1971 à la suite de plusieurs séjours à l’hôpital.

Des lèvres bénites et maudites à la fois



Louis Armstrong, a multiplié les surnoms inspirés par la taille de ses lèvres au cours de sa carrière. Appelé régulièrement « Satchmo » en référence à sa « bouche en forme de besace », il a d’ailleurs interprété une chanson intitulée «Dipper Mouth Blues» à l’époque où il faisait partie de l’orchestre de Joe Oliver, en référence à ce surnom. Toutefois, ses lèvres si souriantes lui ont causé beaucoup de souffrance. Elles s’abîmaient avec le temps, à force de chercher des notes suraiguës. Elles ont d’ailleurs explosé un soir de 1932 alors qu’il interprétait « Them There Eyes » à Baltimore. Armstrong aurait alors lutté jusqu’à la fin du morceau avant de conclure par un contre-fa donné à bout de souffle.

Acheter cette photographie