Une Photographie, Une Histoire : "La bouteille"

La Bouteille
"Je ne sais pas si c'est la mer qui l'a rejetée ou si elle était là, vestige d'une soirée arrosée. Je l'ai trouvée belle. Les derniers rayons du soleil la faisaient briller. J'ai vu les gouttes ruisseler à l'intérieur. J'avais envie de crier à tous de venir. J'étais seule sur cette plage espagnole. Je me suis allongée et j'ai vu le soleil qui se couchait dans la bouteille. J'ai eu le sentiment que toute la poésie du monde était là. C'était juste pour moi. Et pour ceux qui verraient cette photo." Nadine Jestin
ArtPhotoLimited: Comment êtes-vous devenue photographe ?

Nadine Jestin: Ça m’est venu en 2008, il y a environ 9 ans, quand je voyageais. Je voulais surtout montrer à ma famille et mes proches ce que je voyais pendant ces voyages. Lorsque je rencontrais des photographes, c’était pour moi comme une sorte de fantasme, de rêve inatteignable. Puis j’ai fait un bilan de compétence et c’est là que la photo est ressortie. J’ai donc passé un CAPC photographe en 2010 – 2011.

J’ai commencé par des portraits, des photos de mariages ou d’enfants, puis j’ai continué ma passion avec des photos d’auteur en 2012. Le véritable déclic fût lorsque je me suis installé en collocation avec 7 personnes, 7 passionnés dans un milieu qui leur été propre. Ils m’ont inspirée. Dans cette maison tout semblait possible.

J’ai toujours attendu un véritable déclic pour me lancer pleinement et pour être franche, les attentats n’y ont pas été pour rien. Je me suis rendue compte que je devais déclencher ce déclic moi-même et c’est la raison pour laquelle il y a un an, j’ai quitté mon travail pour me lancer pleinement dans la photographie.

Et quel appareil utilisez-vous ?

J’utilise un Nikon D700 depuis quelques années mais en ce moment je recherche plutôt un hybride.

Vous m’avez parlé du fait que vous vouliez surtout montrer à votre famille et vos proches ce que vous voyiez pendant vos voyages. Vous avez voyagé dans beaucoup de pays afin de réaliser votre passion ?

Oui assez, je suis partie en Egypte, en Espagne, en Inde, à Madagascar, au Vietnam, en Thaïland au Maroc… à Oman aussi…

Une vraie globe trotteuse !

Ahah exactement

Et c’est donc en Espagne que vous avez photographié « la bouteille » c’est bien ça ?

Exact, en Andalousie exactement, sur la plage de Cabo de Gata, au Sud de l’Espagne.

En parlant de shoot, combien faut-il d’essais avant d’obtenir la bonne photo ?

Ahahah, beaucoup ! Mais pour la bouteille je dirais entre 5 et 10 car j’ai de suite su comment je devais la prendre.

Dans quelle circonstance avez- vous pris ce cliché ?

C’était le 14 novembre, le lendemain des attentats du 13 Novembre en France. Je suis parti en Espagne ce jour-là, la tête remplie d’horreur de la veille et je m’en voulais un peu d’être partie de France car je n’étais pas là pour soutenir mes proches. Lorsque je suis arrivée sur cette plage, j’ai eu besoin de m’isoler après tous ces évènements. C’est alors que j’ai aperçu la bouteille. Je ne sais pas si c'est la mer qui l'a rejetée ou si elle était là depuis une soirée arrosée. J'étais assise et quand je l'ai vue, pour une fois je n'ai pas pesté contre les gens qui s'en foutent de polluer. L'horreur de la veille m'avait sans doute anesthésiée. Et puis même je l'ai trouvée belle. Les derniers rayons du soleil la faisaient briller. J'ai vu les gouttes qui ruisselaient à l'intérieur. J'avais envie de crier à tous de venir ! Mais j'étais seule. C'était juste pour moi. Je me suis allongée et j'ai vu le soleil qui se couchait dans la bouteille. J'ai eu le sentiment que toute la poésie du monde était là…

Acheter cette photographie