Une Photographie, Une Histoire : "Rush Hour"

Rush Hour
"J'avais envie de tester ce genre de technique que plusieurs photographes utilisent à leur manière. J'ai donc réalisé différents tests et voici le résultat. Lieu : Carrefour de saxe Gambetta à Lyon" Aurélien Poulat

Interview Aurélien Poulat



ArtPhotoLimited : Cette photographie a été prise au Carrefour de saxe Gambetta à Lyon. Racontez-nous dans quel contexte cette photo a-t-elle été prise ?

Aurélien Poulat : Quand j'ai expérimenté cette technique de prise de vue, j'aimais bien à l'époque le travail de Laurent Dequick.
J'ai voulu tenter quelque chose dans l'idée de son travail qui illustrerait le fourmillement de la ville. Cette image est l'une des premières qui m'a plu dans cette série que je n'ai pas encore finalisée pour l'instant. Les moments qui me conviennent pour réaliser ce genre de photo sont finalement assez limités.


- Le traitement de l'image est-il entièrement réalisé en post-prod ou le travail doit être réalisé en amont via l'appareil ?

La technique s'inspire de l'exposition multiple mais je préfère travailler en post-prod (les superpositions n'auraient pas le même résultat) afin de sélectionner les clichés que j'intègre, la marge de manœuvre étant ainsi beaucoup plus large.

- Combien de temps faut-il pour réaliser un tel cliché ?

Réaliser ce genre de clichés ne prend pas forcement beaucoup de temps en terme de prise de vue et de traitement ; une heure maximum, tout confondu. La complexité de ce travail se situe d'avantage au niveau des conditions de prise de vue qui sont difficiles à réunir. Il faut qu'il y ait du trafic, de préférence aux heures de pointe, avec un temps pluvieux et entre la fin de la golden hour et le début de la blue hour. Ce qui nous ramène à des horaires tardifs d'automne ou d'hiver, lors des sorties de travail en fin de journée.

- Dernière question qui vous concerne plus personnellement, depuis quand avez-vous su que photographe était votre métier de prédilection ?

Issu d’une formation informatique, j'ai toujours su que je changerai radicalement de voie un jour. Je ne pouvais pas tout quitter pour passer professionnel en photographie tant que mon bagage technique était pour moi insuffisant et surtout, j'ai dû attendre de trouver dans quelle spécialisation je voulais me diriger.
J'ai découvert il y a deux ans le travail de Mike Kelley et ce fut une révélation. La photo d'architecture, d'intérieur et d’extérieur réunit toutes les facettes de la photographie qui me plaisent.
Je consacre tout mon temps à progresser dans cette discipline afin de pouvoir immortaliser les plus beaux édifices modernes.


Acheter cette photographie